Cheap Christian Louboutin
Blogue culturel de la Griffe Noire - Les déblogueurs
Les déblogueurs.tv
Pour commander vos bouquins

La Petite Librairie

Émission : La Petite Librairie #1

La librairie La Griffe Noire et son blog ont décidé de vous donner rendez-vous ici-même tous les 15 jours (on […]

Lire la suite »

3

commentaires

la-valse-des-arbres-et-du-ciel-logo

Livre : La chronique de Gérard Collard – La valse des arbres et du ciel

Retrouvez 3 fois par semaine les chroniques de Gérard Collard sur le blog de la Griffe Noire

Lire la suite »

0

commentaire

Capture d’écran 2016-06-25 à 11.46.26

SMEP 2016 : En tête à tête avec Irène Frain

Retour sur les moments forts du dernier salon Saint-Maur en Poche 2016 qui s’est déroulé les 18 & 19 juin 2016 sur la Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés…

Lire la suite »

0

commentaire

Émission : La Petite Librairie #1

La librairie La Griffe Noire et son blog ont décidé de vous donner rendez-vous ici-même tous les 15 jours (on va essayer de garder le rythme !!!) avec une émission emmenée par Gérard Collard.
L’occasion pour le libraire à la houppette de partager ses coups de cœur, ses coups de gueule sur des livres récents ou non, mais surtout à côté desquels les médias ne se sont pas attardés.
Encore en phase de rodage, La Petite librairie (#LPL) devrait accueillir prochainement d’autres personnages, chroniqueurs et quelques surprises…

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de notre rendez-vous…

 

 

deux-remords-de-claude-monetDeux remords de Claude Monet de Michel Bernard aux éditions La Table Ronde

« Lorsque Claude Monet, quelques mois avant sa disparition, confirma à l’Etat le don des Nymphéas, pour qu’ils soient installés à l’Orangerie selon ses indications, il fit ajouter une ultime condition au contrat : l’Etat devait lui acheter un tableau peint soixante ans auparavant, Femmes au jardin, et l’exposer au Louvre. A cette exigence et au choix de ce tableau, il ne donna aucune explication. Deux remords de Claude Monet raconte l’histoire d’amour et de mort qui, du flanc méditerranéen des Cévennes au bord de la Manche, de Londres aux Pays-Bas, de l’Ile-de-France à la Normandie, entre le siège de Paris en 1870 et la tragédie de la Grande Guerre, hanta le peintre jusqu’au bout », Michel Bernard.

 

 

la-valse-des-arbres-et-du-cielLa valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel

Auvers-sur-Oise, été 1890. Marguerite Gachet est une jeune fille qui étouffe dans le carcan imposé aux femmes de cette fin de siècle. Elle sera le dernier amour de Van Gogh. Leur rencontre va bouleverser définitivement leurs vies.Jean-Michel Guenassia nous révèle une version stupéfiante de ces derniers jours.Et si le docteur Gachet n’avait pas été l’ami fidèle des impressionnistes mais plutôt un opportuniste cupide et vaniteux ? Et si sa fille avait été une personne trop passionnée et trop amoureuse ? Et si Van Gogh ne s’était pas suicidé ? Et si une partie de ses toiles exposées à Orsay étaient des faux ?…Autant de questions passionnantes que Jean-Michel Guenassia aborde au regard des plus récentes découvertes sur la vie de l’artiste. Il trouve des réponses insoupçonnées, qu’il nous transmet avec la puissance romanesque et la vérité documentaire qu’on lui connaît depuis Le Club des incorrigibles optimistes.

 

 

 

Le club des incorrigibles optimistesLe club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia aux éditions Le Livre de Poche

Michel Marini avait douze ans en 1959. C’était l’époque du rock’n’roll et de la guerre d’Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l’arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient franchi le Rideau de fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux et tout ce qu’ils étaient. Ils s’étaient retrouvés à Paris dans ce club d’échecs d’arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir. Cette rencontre allait bouleverser définitivement la vie du jeune garçon. Parce qu’ils étaient tous d’incorrigibles optimistes.

 

 

Vincent qu'on assassineVincent qu’on assassine de Marianne Jaeglé aux éditions Gallimard

Auvers-sur-Oise, juillet 1890. Vincent Van Gogh revient du champ où il est allé peindre, titubant, blessé à mort. Il n’a pas tenté de se suicider, comme on le croit d’ordinaire. On lui a tiré dessus. Inspiré par les conclusions des historiens Steven Naifeh et Gregory White Smith, ce roman retrace dans un style épuré les deux dernières années de la vie du peintre et interroge sa fin tragique. Qui est responsable de sa mort ? Pourquoi l’a-t-on tué ? Comment la légende du suicide a-t-elle pu perdurer cent vingt années durant ? En montrant Vincent Van Gogh aux prises avec son temps, avec ceux qui l’entourent et avec la création, le roman rend justice à un homme d’exception que son époque a condamné à mort.

 

 

 

aphrodite-et-vieilles-dentellesAphrodite et vieilles dentelles de Karin Brunk Holmqvist et Carine Bruy aux éditions Mirobole

Tilda et Elida Svensson, 79 et 72 ans, célibataires, mènent une vie à la routine paisible. Elles font des confitures, vont à l’église et se couchent chaque soir exactement à la même heure. Pas de commodités à l’intérieur de leur maison vétuste : les toilettes sont au fond du jardin, l’eau est à tirer au puits. Tout change à l’arrivée d’un nouveau voisin, Alvar Klemens, ou plutôt de son chat : le félin est pris de frénésie sexuelle en mangeant une des plantes d’Alvar, que celui-ci entretient avec un engrais curieux. Et si elles tenaient avec ce produit l’occasion de s’offrir enfin des W.C. dignes de ce nom ? La révolution est décidée : les deux dames montent un business clandestin d’élixir aphrodisiaque…

 

 

 

La drôle de vie de Zelda ZonkLa drôle de vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin aux éditions Pocket

Les jours s’écoulent, un peu trop calmes, un peu trop sages, pour Hanna Reagan lorsqu’un grave accident de voiture la cloue sur un lit d’hôpital. La campagne irlandaise a ses charmes, ainsi que son romancier de mari, mais rien de pétillant comme sa voisine de chambre, une vieille dame malicieuse et mystérieuse répondant au nom de Zelda Zonk.
À ses côtés, et n’ayant rien d’autre à faire pendant sa convalescence, Hanna se prend à rêver à une nouvelle vie, plus éclatante. Est-elle vraiment épanouie dans son hameau perdu, dans son mariage routinier ? Alors que Zelda lui conte son existence positive et joyeuse, Hanna se demande s’il est encore possible de changer la sienne…

 

 

HannaHanna Laurence Peyrin aux éditions Kero

« Le docteur Banks était retourné à ses formes lumineuses, qui ondulaient en volutes au fil de la balade de la souris sur son ventre. Elle avait pris quelques mesures, figeant l’image de temps en temps entre deux curseurs. « Combien de temps ? » avait demandé Hanna. Il était peut-être trop tôt. On pouvait encore se tromper. La grossesse était trop fragile, sinon. Peut-être cela s’était-il produit plusieurs fois, sans qu’elle le sache.

Peut-être que ses règles si mal réglées n’en avaient pas toujours été. Mais cette fois, elle savait. Une fausse couche serait encore plus terrible. « Oh, il est bien installé, avait répondu le médecin qui devinait ses tourments. D’après les mesures, je dirai huit ou neuf semaines environ ». Pas possible ». Entre deux vies, entre les souvenirs d’une liaison qu’elle tente d’étouffer à jamais et une existence à reconstruire à New York avec son mari, Hanna se cherche et tente d’avancer, de se raisonner, de contraindre son cœur…

Or, le passé n’a que faire de nos résolutions et, pour Hanna, il resurgira de la manière la plus inattendue… Et de nouveau, la jeune suivra les traces de Zelda Zonk, jusqu’à la révélation finale : Zelda était-elle Marilyn Monroe ? Avec son écriture à fleur de peau, Laurence Peyrin nous restitue les tempêtes, silences, interrogations, renoncements, mais aussi aveuglements qui assaillent une héroïne moderne prise dans une crise amoureuse oppressante et délétère…

Mené avec une belle perspicacité psychologique et un style proprement immersif, « Hanna », suite de « Zelda Zonk », donne à lire, sans parti pris, loin du politiquement correct, le cheminement d’une femme vers sa propre vérité, et de fait vers son propre bonheur…

 

 

L'aviatriceL’Aviatrice de Paula McLain et Isabelle Chapman aux éditions Presses de la Cité

Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s’installe au Kenya en 1904. Très vite abandonnée par sa mère, elle est élevée par son père – entraîneur de chevaux de course – et par les natifs de la tribu Kipsigi, qui vivent sur les terres paternelles. Cette éducation non-conventionnelle pour quelqu’un de son rang fait d’elle une jeune femme audacieuse et farouche, qui voue un amour sans bornes à la nature sauvage et se moque de la bienséance. De mariages ratés en liaisons contrariées – elle tombe éperdument amoureuse de Denys Finch Hatton, l’amant de l’auteure Karen Blixen –, Beryl va peu à peu s’imposer comme l’une des femmes les plus singulières de son temps. Elle sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d’est en ouest… Avec pour décors les paysages majestueux de l’Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l’histoire d’une femme hors du commun qui n’aspire qu’à être libre.
alice-guyAlice Guy, la première femme cinéaste de l’histoire de Emmanuelle Gaume aux éditions Plon

Enfant illégitime et métisse, Alice Guy partage son enfance entre le Chili, la Suisse et la France, où elle est placée dans un couvent. A Paris, elle devient l’assistante de Léon Gaumont, se rend rapidement indispensable et est nommée, à 22 ans, directrice des studios Gaumont, un statut unique dans l’histoire naissante de l’industrie du cinéma.
En 1907, après avoir réalisé des centaines de films, Alice quitte la France pour les Etats-Unis avec son jeune époux, Herbert Blaché. Quatre ans plus tard, elle est mère de deux enfants et la réalisatrice et la productrice la plus riche du pays. La presse américaine, fascinée par cette self made woman, en fait une star.
Mais, derrière la success story, la vie d’Alice Guy ressemble à un mélodrame. Herbert, envieux de la réussite de sa femme, la trompe impunément et gère ses affaires au contraire de ses inclinations, la contraignant à rejoindre les trusts alors qu’elle veut se consacrer au cinéma indépendant, puis à déménager à Hollywood. C’est l’escalade : en 1920, après une violente dispute, Alice tire sur Herbert avant de retourner l’arme contre elle.
Son mari et la machine hollywoodienne finiront par avoir raison d’elle : an 1922, elle reprend seule avec ses deux enfants le bateau pour la France.

 

 

cezanne-et-moiCézanne et moi réalisé par Danièle Thompson sortie en salle le 21 septembre 2016

Avec Guillaume Gallienne, Guillaume Canet, Alice Pol, Déborah François, Sabine Azéma, Gérard Meylan, Laurent Stocker et Isabelle Candelier

Ils s’aimaient comme on aime à treize ans : révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloires, ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre. Ils quittent Aix, « montent » à Paris, pénètrent dans l’intimité de ceux de Montmartre et des Batignolles. Tous hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes, crachent sur les bourgeois qui le leur rendent bien, se baignent nus, crèvent de faim puis mangent trop, boivent de l’absinthe, dessinent le jour des modèles qu’ils caressent la nuit, font trente heures de train pour un coucher de soleil… Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent une femme parfaite que Paul a aimé avant lui. Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

 

 

cezanneCézanne de Ulrike Becks-Malorny aux éditions Taschen

Le peintre qui impulsa le modernisme

Deuxième moitié du XIXème siècle. Dans la campagne verdoyante près d’Aix-en-Provence, Paul Cézanne (1839-1906) pose frénétiquement son pinceau sur la toile, dessinant des paysages et des natures mortes qui deviendront bientôt les piliers de l’art moderne. Par ses épaisses touches de peinture aux couleurs intenses et son approche nouvelle et audacieuse de considérer la lumière et l’espace, il incarne le lien entre l’impressionnisme et les principaux mouvements du début du XXème siècle, devenant ainsi selon les mots de Matisse et Picasso, leur « père à [eux] tous ».

Cette nouvelle introduction consacrée à l’artiste a sélectionné, dans toute la production de Cézanne, les oeuvres essentielles pour comprendre son évolution, ses innovations et son influence décisive sur l’art moderne. De ses natures mortes aux poires et autres fruits à ses scènes de baignade en plein air, l’ouvrage retrace ses expérimentations avec la couleur, la perspective et les matières visant à peindre « une harmonie parallèle à la Nature », ainsi que sa façon particulière de regarder le monde et de le restituer en peinture.

Au fil des pages, on découvre les célèbres Joueurs de cartes de Cézanne, sa superposition de tonalités chaudes et froide qui créent en elles-mêmes les formes et les surfaces, ainsi que la rigueur géométrique de ses paysages inspirés des environs d’Aix-en-Provence, aussi lumineux sous le soleil du Sud de la France qu’audacieux dans leur traitement radicalement nouveau des proportions et de la profondeur.

À propos de la collection:
Chaque volume de la Petite Collection Art de TASCHEN contient:

une chronologique détaillée de la vie et de l’oeuvre de l’artiste qui rend compte de son importance culturelle et artistique
une biographie concise
une centaine d’illustrations couleur accompagnées de légendes explicatives

 

 

Capture d’écran 2014-10-17 à 21.30.45Madame Zola de Evelyne Bloch-Dano aux éditions du Livre de Poche

La vie d?Alexandrine-Gabrielle Meley (1839-1925) aurait pu être écrite par Emile Zola. Née dans le Paris des petits métiers, cette grisette sans le sou canote sur les bords de Seine et pose pour les Impressionnistes. Un jour, elle rencontre un Aixois travailleur. Ce sera l?unique passion de sa vie. Le couple qu?Alexandrine forme avec Emile Zola va symboliser le succès bourgeois du Second Empire.Dans leur propriété de Médan, l?ancienne cousette, aux accents de « poissarde », selon Edmond de Goncourt, reçoit l?élite de l?art, de Flaubert à Maupassant. Un vulgairebonheur ? Une muse en cuisine ? Vive, altière, généreuse, Alexandrine ne cesse jamais de se battre. Elle est à la fois forte et fragile, matrone et moderne, mère et fille. Sans doute a-t-elle construit sa vie autour d?un secret profondé-ment enfoui et qui est révélé ici pour la première fois.Cette biographie de Madame Zola, entraînante et précise, riche de correspondances inédites, évoque différentes époques : de l?affaire Dreyfus à la Grande Guerre, de la locomotive à vapeur aux années folles. On y voit l?intimité d?un écrivain. On y voit une anticonformiste entrer au Panthéon au côté de Jeanne Rozerot, qui fut la maîtresse de Zola et la mère de ses enfants.Alexandrine fut, sous les traits de l?éternelle épouse, une femme libre.Madame Zola a reçu le Grand Prix des lectrices de Elle en 1998.

 

3


Mots-cléfs associés : Alice Guy / Aphrodite et vieilles dentelles / Carine Bruy / Cézanne / Chronique / Deux remords de Claude Monet / Editions Albin Michel / éditions Gallimard / éditions Kero / éditions La Table Ronde / éditions Le Livre de Poche / éditions Mirobole / éditions Plon / éditions Pocket / éditions Presses de la Cité / éditions Taschen / émission / Emmanuelle Gaume / Evelyne Bloch-Dano / Hanna / Isabelle Chapman / Jean-Michel Guenassia / Karin Brunk Holmqvist / L'Aviatrice / La drôle de vie de Zelda Zonk / La Petite Librairie / la première femme cinéaste de l'histoire / La valse des arbres et du ciel / Laurence Peyrin / Le club des incorrigibles optimistes / livre / LPL / Madame Zola / Marianne Jaeglé / Michel Bernard / Paula McLain / Ulrike Becks-Malorny / Vincent qu’on assassine


Excellent !" petite librairie" ? grand libraire ,oui Depuis Parole d'experts ,je suis vos conseils de lecture et que de bons moments de lecture ! vivement le numéro 2 !

Commentaire de ANNICK, mardi 27 septembre 2016 à 10:13

Quelle belle idée ! Oui, on peut parler de livres sans passer par la tv. J'espère que vous parlerez de Capitaine frites, Aux Petits mots les grands remèdes et La Succession.

Commentaire de Claude, mardi 27 septembre 2016 à 9:37

Bonjour,
Bravo pour cette première ! Enfin un discours différent : un libraire qui parle de ses coups de cœur et non pas des critiques littéraires ou médiatiques qui sont plus ou moins payés par les maisons d'édition !Bravo, bravo ,continuez .J'attends le n° 2 avec impatience .

Commentaire de Domie, mardi 27 septembre 2016 à 6:50

Nom ou pseudo (obligatoire)

Email (obligatoire - ne sera pas publié)

Votre site Web

Comptez-vous participer à Saint Maur en poche 2016 les 18 et 19 juin prochain ?

Les autres en pensent quoi?

Loading ... Loading ...

septembre 2016
L M M J V S D
« Août    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930