Les déblogueurs.tv
Pour commander vos bouquins

Émission : Les coups de cœur des libraires (LCI) 07/04/2016

Les coups de coeur des librairesChaque jeudi, en compagnie de Valérie Expert, Gérard Collard nous présente ses coups de cœur sur LCI dans l’émission « Les coups de cœur des libraires« . Voici sa sélection de l’émission du jeudi 07 avril dernier :

 

 

 

 

Roland est mortRoland est mort de Nicolas Robin aux éditions Anne Carrière

Roland est mort. Les sapeurs-pompiers l’ont retrouvé la tête dans la gamelle du chien. Ils viennent enlever le corps et se débarrassent du caniche en le confiant à son voisin de palier, un homme proche de la quarantaine, au chômage, très seul. Roland est mort depuis une semaine. Son voisin ne le connaissait pas vraiment, mais il aurait dû s’en douter : il n’entendait plus les chansons de Mireille Mathieu, derrière le mur. II écope du chien, puis de l’urne contenant les cendres du défunt. Que faire de ce lourd héritage chargé de poils et de céramique ? Le voisin va tout tenter pour s’en débarrasser, mais en a-t-il vraiment envie ? Ce livre est un ovni. La force des mots, l’immense sensibilité qui s’en dégage font qu’il laisse une trace et qu’on le quitte avec regret.

 

 

Moi et François MitterrandMoi et François Mitterrand de Hervé Le Tellier aux éditions

Pour féliciter François Mitterrand de son élection deux ans plus tôt, je lui ai écrit une carte postale d’Arcachon, en septembre 1983. François m’a répondu. Il me « remerciait de ma lettre », m’assurait que mes remarques recevraient « toute l’attention qu’elles méritaient » et seraient « prises en considération », « dans les délais les plus brefs ». Et il m’assurait de ses « sentiments les meilleurs ».
D’autres auraient pu confondre sa réponse avec une lettre-type. Pas moi. J’ai répondu, et reçu de François une nouvelle réponse, à la teneur assez proche. S’est ainsi établie une correspondance très personnelle entre lui et moi, jusqu’à sa disparition. Je l’ai poursuivie avec tous ceux qui lui ont succédé, de Jacques C. à François H., et tous, sans exception, ont pris mes remarques « en considération » et m’ont assuré de leurs « sentiments les meilleurs ».
C est cette correspondance avec nos présidents que j’ai enfin décidé de révéler au public, afin de témoigner devant l’Histoire.

 

 

Entre hommesEntre hommes de German Maggiori et Nelly Guicherd aux éditions de la Dernière Goutte

Dans un luxueux appartement de Buenos Aires, un sénateur, un juge et un banquier se retrouvent pour participer à une orgie en compagnie de deux travestis et d’une jeune prostituée. Mais l’affaire tourne mal : la jeune prostituée meurt d’une overdose en pleine action. Or, toute la scène a été filmée par une caméra dissimulée derrière un faux miroir et la vidéo compromettante a disparu. C’est alors qu’entrent en scène deux flics, l’un obsessionnel, l’autre ex-tortionnaire alcoolique, chargés de retrouver l’enregistrement, deux voleurs prêts à tout pour parvenir à leurs fins et une bande de jeunes drogués embarqués bien malgré eux dans cette histoire. Sur fond d’une société en décomposition, Germán Maggiori signe un polar vertigineux, frénétique et saturé d’adrénaline.

 

 

Adieu PalmyreAdieu, Palmyre de Dominique Fernandez et Ferrante Ferranti aux éditions Philippe Rey

 » J’ai été quatre fois à Palmyre : c’était le lieu le plus enchanteur de l’Orient, à la fois par la beauté exceptionnelle des ruines et par le paysage romantique qui les entourait. Maintenant que tout est détruit, j’ai voulu me souvenir de ce que cela avait été. On arrivait à l’hôtel Zénobie, désuet, décati, construit dans l’enceinte du site, et d’emblée la légende de la grande reine planait sur la ville qu’elle avait portée à son apogée. Je ressuscite l’image de Zénobie qui avait osé se dresser, femme et Arabe, contre l’empereur romain Aurélien, chef de l’Etat le plus puissant du monde. Puis j’évoque ce qui restait du site, l’idée générale qui avait présidé à son ordonnancement, avant d’examiner en détail, mais toujours plus en amoureux qu’en érudit, les monuments qui ont subsisté, si poétiques : le théâtre, les temples, les tours funéraires. Avant de conclure par une réflexion sur l’iconoclasme, une des plus vieilles passions de l’homme, qui pousse une idéologie au pouvoir à faire table rase de celles qui l’ont précédée.  » Dominique Fernandez Voici Palmyre racontée et montrée par deux voyageurs passionnés qui l’ont visitée à de nombreuses reprises. Ce site inouï, détruit en 2015 par la violence de Daech, est reconstitué par les photographies de Ferrante Ferranti qui en donnent une vision exhaustive (temples, agora et théâtre, colonnades et arches, camp de Dioclétien, tombeaux), faisant ainsi oeuvre de mémoire. Palmyre apparaît alors dans sa splendeur, telle qu’on ne la reverra jamais.

 

 

Elizabeth et son jardin allemandElizabeth et son jardin allemand de Elizabeth von Arnim et François Dupuigrenet Desroussilles aux éditions Bartillat

Elizabeth et son jardin allemand raconte la passion d’une femme pour son jardin. En un an, l’héroïne s’efforce de créer un environnement unique qui lui sert de refuge où elle donne libre cours à sa conception du jardin, monde clos et idéal. Là s’expriment la liberté et l’amour qui lui sont refusés par ailleurs. Epouse anglaise d’un comte prussien, mère de trois petites filles, Elizabeth aspire à une vie plus riche en émotions. Ecrit sous la forme d’un journal intime, ce roman restitue le rythme des saisons : l’épanouissement de ce jardin « à soi » se mêle à la vie intime et sociale d’Elizabeth qui affronte son existence avec une pointe d’humour provocateur. Philosophe, la jeune femme se confie et dévoile ainsi ses plus profondes aspirations. Aujourd’hui encore, l’expérience d’Elizabeth von Arnim peut nourrir l’inspiration de tous les amoureux de jardins. Paru anonymement à Londres en 1898, ce récit autobiographique, plein d’esprit et de poésie, grand succès lors de sa publication, fut redécouvert dans les années 1980 avec le reste de l’oeuvre d’Elizabeth von Arnim.

 

 

Le jardin d'enfanceLe jardin d’enfance de Elizabeth von Arnim et François Dupuigrenet Desroussilles aux éditions Bartillat

Au milieu de sa vie, Elizabeth, la narratrice, retourne au jardin de la maison familiale. Les souvenirs affluent : peu à peu, elle laisse surgir un domaine personnel où s’expriment toutes les nuances de la sensibilité et du souvenir. Chapitre oublié de son classique Elizabeth et son jardin allemand, Le jardin d’enfance, ici publié pour la première fois en français et en édition séparée comme il avait été fait à l’origine, reflète le talent empreint de grâce et de délicatesse d’Elizabeth von Arnim.

 

 

 

Jardin de printempsJardin de printemps de Tomoka ShibasaHIBASAKI et Patrick HONNORE aux éditions P. Picquier

Jardin de printemps, c’est d’abord un livre de photographies, celles d’une maison bleue avec son jardin au cœur de Tokyo, instantanés de la vie d’un couple heureux il y a une vingtaine d’années.
Les saisons passent, les locataires aussi. Ils se rencontrent, se croisent. D’un balcon ou sur un chemin, ils sont comme aimantés par cette maison endormie. Dans ce roman amical et rêveur, tout est en léger décalage, au bord de chavirer, seuls les lieux semblent à même de révéler ce qui flotte à la surface de notre cœur. L’immeuble où habite Tarô, promis à la démolition et qui se vide peu à peu, la vieille demeure de style occidental, paradis perdu qui un jour reprend vie, réactive la possibilité du bonheur.
Qui n’a jamais rêvé de pénétrer dans une belle maison abandonnée pour en percer le secret ?

 

 

L'Opéra du mondeL’Opéra du monde de Christine Spengler aux éditions

L’Opéra du monde est une rétrospective du parcours photographique de Christine Spengler, correspondante de guerre de renommée internationale et artiste.
L’ouvrage réunit pour la première fois les deux facettes, apparemment contradictoires, de son œuvre : ses photos de guerre et ses photos  » enluminées « .
La facette  » Années de guerre  » égraine ses photos de guerre emblématiques, en noir et blanc, qui ont été publiées dans les plus grands magazines : Life, Time, Newsweek, Paris Match. En Irlande du Nord ou au Cambodge, au Liban ou en Irak, elle est toujours aux côtés des victimes et des opprimés. Son regard est constant : toujours tourné vers les survivants. Dans le monde arabe, en Afghanistan et en Iran, sa condition de femme lui permet de dissimuler son Nikon sous le voile qu’elle porte, de se fondre dans la foule, d’accéder ainsi à des scènes interdites aux hommes et de rapporter des images uniques.
La facette  » Années lumière  » dévoile ses photos multicolores, celles qu’elle a réalisées à chaque retour de reportage pour  » exorciser la douleur « , portraits flamboyants et visions oniriques peuplant un monde tout en couleurs. C’est là une palette qu’elle s’était longtemps interdite : autant d’œuvres ardentes, inspirées à la fois par l’univers de sa mère (l’artiste surréaliste Huguette Spengler) et par les grands maîtres du Prado (qui l’ont subjuguée au temps de son enfance madrilène). Autant de célébrations lumineuses et réparatrices.
Après avoir photographié le deuil du monde, Christine Splengler offre des images de paix qui sont un véritable hymne à la vie.

 

 

Les putes voilées n'iront jamais au paradisLes putes voilées n’iront jamais au paradis de Chahdortt Djavann aux éditions Grasset

Ce roman vrai, puissant à couper le souffle, fait alterner le destin parallèle de deux gamines extraordinairement belles, séparées à l’âge de douze ans, et les témoignages d’outre-tombe de prostituées assassinées, pendues, lapidées en Iran.
Leurs voix authentiques, parfois crues et teintées d’humour noir, surprennent, choquent, bousculent préjugés et émotions, bouleversent. Ces femmes sont si vivantes qu’elles resteront à jamais dans notre mémoire.
À travers ce voyage au bout de l’enfer des mollahs, on comprend le non-dit de la folie islamiste : la haine de la chair, du corps féminin et du plaisir. L’obsession mâle de la sexualité et la tartufferie de ceux qui célèbrent la mort en criant « Allah Akbar ! » pour mieux lui imputer leurs crimes.
Ici, la frontière entre la réalité et la fiction est aussi fine qu’un cheveu de femme.

 

51DYoknmRpL._SX315_BO1,204,203,200_Moura : La mémoire incendiée de Alexandra Lapierre aux éditions Flammarion

Adorée par ceux qu elle aima, honnie par ceux qui la jugèrent insaisissable, Moura a bien existé. Dans les tourmentes de la révolution bolchevique, d une guerre à l autre, Moura a traversé mille mondes. Aristocrate d origine russe, elle s est appelée Maria Zakrevskaïa, Madame Benckendorff, la Baronne Budberg… Elle a été la passion d un agent secret britannique, la muse de Maxime Gorki, la compagne de H.G. Wells et l égérie de l intelligentsia londonienne. Elle a côtoyé tous les grands du XXe siècle, le Tsar, Staline, Churchill, de Gaulle. Les uns chantèrent son courage, sa chaleur et sa fidélité. Les autres dénoncèrent ses mensonges. Tous s entendirent néanmoins sur un point : Moura incarna la Vie. La vie à tout prix. Sur les traces de son héroïne, Alexandra Lapierre a fouillé les bibliothèques du monde entier durant trois ans. Elle s est glissée dans les contradictions de son personnage pour brosser un magnifique portrait de femme. Son talent romanesque, son regard à la fois lucide et bienveillant font revivre une multitude de figures captivantes, qui viennent éclairer des pans de la grande Histoire.

 

 

Simplissime lightSimplissime light: Le livre de cuisine light le + facile du monde de Jean-François Mallet aux éditions Hachette Pratique

200 recettes saines pour rester en forme
La promesse du livre ? Des recettes toujours simplissimes à réaliser (pas plus de 5 ingrédients) au quotidien et :
– Sans produit agro-alimentaire
– Pas de mauvaise graisse
– Sans sucre raffiné
– Pas trop de produits laitiers
– Des cuissons à l’huile d’olive
– Des sauces à l’eau
– Des desserts sans sucre
– Des terrines sans gras
– Beaucoup de recettes à base de fruits et légumes ou viandes maigres et poissons
Pour chaque recette, retrouvez les mentions de :
– l’apport en calories,
– avec ou sans gluten,
– avec ou sans lactose,
– sans sucres ajoutés,
– faible en matière grasse.

 

le livre de cuisine le plus facile du mondeSimplissime : Le livre de cuisine le plus facile du monde de Jean-François Mallet aux éditions Hachette cuisine

Une nouvelle bible de « non recettes » simplissimes proposées par un auteur de renom qui joue sur les alliances de saveurs : comment d’une addition d’ingrédients bien choisis on fait une bonne cuisine archi simple. Le livre qui va devenir indispensable au quotidien, le mode d’emploi pour bien manger à la française (raffiné, du goût, de l’art de vivre).

Un véritable mode d’emploi aussi simple qu’une notice de montage d’un meuble ! 200 recettes ultra simples et ultra rapides présentées ainsi: • Photos des ingrédients sur fond blanc • 1 recette en 1 ou 2 lignes/page • Photo du plat sur fond blanc.

 

 

Cité BabelCité Babel : le grand livre des religions de Pascale Hédelin et Gaëlle Duhazé aux éditions de Eléphants

Bienvenue à la cité Babel ! Safia, Jalil, Nathan, Anna, Alex, Jules et Elie t’invitent chez eux. Ils sont musulmans, juifs, chrétiens. A leurs côtés, tu découvriras au fil des saisons les fêtes, rites et traditions de j leurs religions. Avant, arrête-toi dans l’épicerie de monsieur Félix qui, lui, est athée. Tu y trouveras sûrement quelque chose à apporter chez tes hôtes. Un documentaire ludique et attractif pour découvrir les religions telles qu’elles se pratiquent aujourd’hui.

 

 

 

 

 

RougeRouge de Carl Aderhold aux éditions Les Escales

En vidant la maison de son père qui vient de mourir, Carl retrouve un cahier d’enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main :  » Histoire de ma famille « , et en dessous :  » De Cologne à Paris, quatre générations d’Aderhold « . Lentement, les souvenirs remontent : ceux de son enfance, de sa famille, de leur malédiction.
Quel germe de fatalité instilla Peter, l’ancêtre fondateur, qui déserta l’armée allemande avant la Première Guerre mondiale pour devenir français ? Georges, le grand-père un peu terne, n’était-il pas condamné à l’échec, lui qui rêva un soir d’ivresse d’arrêter seul une colonne SS ? Et que dire du père, Pierre Decazes, comédien, communiste flamboyant, qui fit de sa vie et de celle de ses proches un théâtre engagé ?
Bercé par les paradoxes de l’idéologie et le besoin de fiction qui la sous-tendait, Carl Aderhold nous raconte une jeunesse française, mais aussi la naissance d’un écrivain pour lequel la remémoration des défaites est à la fois consolation et chant d’amour.

 

 

Quand la neige danseQuand la neige danse de Sonja Delzongle aux éditions Denoël

2014. L’hiver est le plus froid que Crystal Lake ait jamais connu. Cette petite ville paisible proche de Chicago semble pétrifiée, mais la neige et le blizzard ne sont pas les seuls coupables. Depuis un mois, quatre fillettes se sont volatilisées. Les habitants sont sous le choc. Ce matin-là, Joe Lasko s’équipe pour une énième battue dans les bois gelés lorsqu’on lui dépose un paquet. Dedans repose une poupée, une magnifique poupée aux cheveux longs et roux, comme sa fille Lieserl disparue. Comble de l’horreur : la poupée est vêtue exactement comme Lieserl le jour où elle s’est volatilisée. Ce matin de février 2014, toutes les familles des fillettes vont recevoir une poupée… C’en est trop pour Joe. Ce jeune divorcé n’a plus que Lieserl dans sa vie. Il décide de mener sa propre enquête, aidé par Eva Sportis, une détective privée dont il était secrètement amoureux des années plus tôt. Eva comprend très vite que l’affaire la dépasse et appelle à l’aide Hanah Baxter, son ancienne prof de fac, la célèbre et charismatique profileuse et son inséparable pendule. Hanah réalise au fil de l’enquête que quelque part, dans Crystal Lake, quelqu’un s’en prend aux enfants depuis très longtemps. Les détient-il prisonniers ? Sont-ils encore en vie ? Un criminel maintes fois condamné semble être le coupable tout indiqué, pourtant Hanah, Eva et Joe sont persuadés que la police se trompe de coupable. Dans un décor impressionnant de froid et de glace, Sonja Delzongle mène de main de maître une histoire trépidante dont les rebondissements et les fausses pistes trouvent leur sens dans le passé et nous mènent inexorablement vers un final terrifiant.

 

 

Vous pouvez commander cette sélection sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com

0


Mots-cléfs associés : Chronique / émission / Gérard Collard / LCI / Les coups de coeur des libraires / livre / télévision / Valérie Expert


Nom ou pseudo (obligatoire)

Email (obligatoire - ne sera pas publié)

Votre site Web

Comptez-vous participer à Saint Maur en poche 2018 les 23 et 24 juin prochain ?

Les autres en pensent quoi?

Loading ... Loading ...

décembre 2018
L M M J V S D
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31